Football - Ligue des Champions : Le Bayern, c'est fou !

Publié le par coquelicot93

Le Bayern, c\'est fou !

Proche de la sortie, le Bayern Munich a finalement décroché son billet pour les quarts de finale de la Ligue des Champions malgré sa défaite chez la Fiorentina (3-2). Vainqueurs 2-1 à l'aller, les Allemands se sont fait peur et doivent leur salut à une énorme fin de match d'Arjen Robben.


FIORENTINA
- BAYERN MUNICH : 3-2
Buts : Vargas (28e) et Jovetic (54e, 64e) pour la Fiorentina ; Van Bommel (60e) et Robben (65e) pour le Bayern


Un brin balloté en Bundesliga et en Ligue des Champions, malgré une belle série de 18 rencontres sans défaite, le Bayern retrouvait la Coupe aux grandes Oreilles avec l'ambition avouée de redorer son blason et l'explosif huitième de finale retour face à la Fiorentina tombait à pic pour des Bavarois désireux de montrer leur vrai visage après leur heureuse victoire (2-1) du match aller. Et le Bayern a longtemps tremblé en Toscane mais l'expérience des Bavarois et le talent d'Arjen Robben est finalement venu à bout de Florentins médusés.


Tout avait pourtant bien commencé pour les joueurs de Cesare Prandelli. Après un long round d'observation pour tenter d'apprivoiser un vent violent et capricieux, le Bayern prenait le contrôle des opérations et multipliait les percussions sans trouver la faille dans la muraille de la Viola. Mais le réalisme italien allait bientôt frapper. Nullement sollicité, Butt repoussait mal une frappe vicieuse de Marchionni et Vargas se montrait le plus prompt pour propulser le ballon au fond des filets (1-0, 28e) et libérer le stade Artemio Franchi. Seul Robben, sur une feinte subtile de Ribéry, obligeait
Sébastien Frey à une belle envolée (34e) pour réveiller ses partenaires au terme d'une première période bien terne.


Robben fusille la Viola


Heureusement, les 22 acteurs regagnaient la pelouse florentine avec de nouvelles intentions et les coéquipiers d'Alberto Gilardino, traditionnellement portés vers l'offensive, ne tardaient pas à bousculer le navire bavarois. Intenable sur le front de l'attaque, le buteur italien voyait ainsi son tir repoussé par un réflexe de Butt (50e) avant de servir d'une belle talonnade Jovetic qui croisait parfaitement son tir pour le but du break (2-0, 55e). Mais le Bayern a du caractère. Peu en vu jusqu'à lors, Franck Ribéry se décidait à sortir de sa boite pour accélérer sur le flanc gauche et décaler plein axe Mark Van Bommel qui ne tremblait pas pour tromper Frey d'une belle frappe placée (2-1, 60e).


Mais la Viola n'abdiquait pas et repartait de plus bel. Jovetic lançait rapidement le contre et fusillait Butt après un magnifique une-deux avec Gilardino (3-1, 64e). Et la Fiorentina reprenait son ticket pour les quarts dans un match fou fou fou. Reste qu'Arjen Robben ne l'entendait pas de cette oreille. Sur l'engagement, le Néerlandais s'échappait pour placer un missile sol-sol dans la lucarne de Frey et assommer du même coup la Viola (3-2, 65e). La Fiorentina tentait bien de réagir dans la foulée mais le Bayern, fort de son expérience, parvenait progressivement à étouffer les intentions italiennes. A défaut de séduire, les hommes de Louis van Gaal ont montré de l'orgueil et voilà déjà une belle satisfaction - avec la qualification - pour Franck Ribéry et ses supporters.


LA
DECLA : Sébastien Frey (gardien de la Fiorentina)


"On n'a pas beaucoup de regrets car on a fait tout notre possible. Malheureusement, ça n'a pas suffit. On est déçu. Et puis, on pense aussi qu'avec un score de 1-1 à l'aller (et donc sans le but hors jeu accordé au Bayern à la 89e, NDLR), on serait qualifié ce soir. On a vraiment fait un grand match, on est fier de ce qu'on a fait. Les conditions n'étaient pas évidentes, il y avait beaucoup de vent".

Source : Eurosport

Publié dans Football

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article