Formule 1 Grand Prix du Canada - Libres 1 et 2 : déclarations

Publié le par coquelicot93

Voici ce qu'ont dit les principaux protagonistes après les essais libres 1 et 2 du Grand Prix du Canada, à Montréal.

 

 

Sebastian Vettel (Red Bull, 5e des Libres 1 et 1er des Libres 2) : "Ça a l'air bon pour nous : nous sommes compétitifs. Le secret ici est les pneus ; tout le monde glissait partout à la fin : ça ressemblait plus à du rallye qu'à de la Formule 1 ! Le secret sur ce genre de circuit est de ne pas paniquer ; ils viennent alors à vous. Nous n'avons procédé qu'à de petits ajustements entre les deux sessions."

 

 

Libres : déclarations

 

Mark Webber (Red Bull, 14e et 4e) : “Ce fut une journée plutôt bonne, et j'ai été surpris par mon rythme. La bagarre sera serrée samedi, mais notre voiture était très bien aujourd'hui. Nous avons eu du grainage avec les pneus tendres mais ça ira mieux avec le dépôt de gomme. Ça ne m'effraie pas."

 

Jenson Button (McLaren, 1er et 11e) : "Nous devons découvrir ce qui a changé entre les Libres 1 et les Libres 2. J'étais plus content de la voiture en Libres 1. Nous avons indéniablement eu du mal avec l'équilibre au freinage en entrées de virages en Libres 2. C'était éprouvant sur les longs runs : les pneus ne duraient pas longtemps. J'ai juste passé des tendres en fin de Libres 2 : ils avaient tellement grainé au bout de deux tours que j'ai du remettre des durs, qui étaient deux à trois secondes plus rapides au tour. Mais là encore j'ai eu du grainage, comme presque tout le monde. Ça va nous donner une course intéressante… Et puis, nous sommes peut-être un peu trop rapides en lignes doites. Un peu trop. Peut-être roulons-nous avec pas assez d'appuis."

 

Lewis Hamilton (McLaren, 2e et 7e) : "Je ne suis pas totalement satisfait du déroulement des Libres 2. Aujourd'hui, en général, c'était incroyablement difficile de piloter. C'était très dur de passer des pneus et de les monter en température. C'était très glissant, comme piloter sur une patinoire. Ça faisait une énorme différence par rapport à notre dernière venue (2008). Nous ne nous échappons pas dans les lignes droites et nous talonnons pas mal, mais nous pouvons arranger ça. Le grainage sur les pneus tendres a rendu les choses difficiles. Je pense que tout le monde a expérimenté ça, excepté peut-être les Red Bull. Je ne pense pas que nous verrons un long premier relais en tendres dimanche."

 

Fernando Alonso (Ferrari, 7e et 2e) : "Les résultats sont peu parlants. Nous avons travaillé sur les freins, qui souffrent vraiment beaucoup ici et sur divers set-ups comprenant différent niveaux d'appuis et il nous reste quelques idées à tester samedi avant de prendre notre décision finale. Les pneus tendres se dégradent très facilement mais la piste va évoluer d'ici dimanche. A Bahreïn, nous étions tous inquiets à la fin du premier jour, et le dimanche tout le monde a stoppé sans problème aux alentours du 20e tour."

 

Felipe Massa (Ferrari, 12e et 5e) : "Ce ne fut pas une journée facile, spécialement en termes de dégradation à l'arrière, un facteur qui pourrait jouer un rôle décisif en course. Notre voiture semble plus compétitive que sur les dernières courses. L'un des aspects les plus compliqué va être de trouver le bon compromis en Vmax et stabilité pour la traction et le freinage."

 

Michael Schumacher (Mercedes, 2e et 9e) : "Vers la fin des Libres 2, nous avons rencontré des problèmes insolubles. Le plus gros enjeu a été de faire travailler correctement les pneus. Tout le monde a eu du grainage. Mon sentiment est que nous sommes la troisième force du plateau ici."

Nico Rosberg (Mercedes, 4e et 3e) : "Je suis généralement content des progrès accomplis en dépit des conditions difficiles, car c'était très glissant. L'exploitation des pneus tendres a été particulièrement difficile."

 

Robert Kubica (Renault, 6e et 8e) : "La journée a été un peu difficile. En Libres 1, les conditions de piste étaient mauvaises, surtout au début de la séance. Il a fallu attendre assez longtemps pour que la piste s'améliore. Dans les deux séances, nous avons tenté d'évaluer des niveaux d'appui différents parce que nous ne sommes pas encore certains de la solution qui sera la plus efficace pour nous. Nous manquons d'adhérence, de manière générale, et il semble que tout le monde ait des difficultés avec l'usure des pneumatiques sur les longs roulages. Préserver les gommes sera une priorité ce week-end."

Vitaly Petrov (Renault, 13e et 14e) : "J'ai parcouru le circuit de Montréal pour la première fois aujourd'hui et il m'a fallu l'apprendre. C'est une piste exigeante parce qu'il faut attaquer et se montrer agressif, tout en gardant à l'esprit que les murs sont très proches. Nous avons travaillé sur les réglages en vue de la course et évalué les pneumatiques. Il semble y avoir une chute de performance assez sensible lors des longs roulages et cela pourrait être un problème pendant la course. Nous devons encore trouver le set-up idéal et il nous reste les essais libres de samedi pour y parvenir."

 

Alan Permane (Renault, chef ingénieur de course) : Au début de la journée, la piste était très sale et glissante. Les monoplaces glissent beaucoup, et ce phénomène est amplifié par le fait que nous utilisions un package à faible appui aérodynamique. Notre configuration à faible appui fonctionne comme nous le pensions. Nous avons comparé notre package actuel avec la configuration la plus légère disponible jusqu'à présent et nous sommes satisfaits du résultat. Je pense que nous utiliserons les nouvelles pièces pour le reste du week-end (…) Nous avons utilisé les deux types de pneumatiques à notre disposition (medium et très tendre) cet après-midi. Il est difficile de dire lequel est le meilleur et nous devrons dépouiller les données recueillies afin de savoir lequel nous allons privilégier pour la course. Nous continuerons à étudier le comportement des gommes demain matin car la piste évoluera encore à cette occasion (…) Pour le moment, nous pensons que la journée de samedi sera ensoleillée. La pluie devrait arriver dimanche après-midi, mais probablement après la course. Cela dit, les prévisions peuvent changer très vite à Montréal et nous garderons un œil en permanence sur le radar."

 

Adrian Sutil (Force India, 11e et 6e) : "J'ai eu un petit problème en fin de Libres 1 et l'équipe a fait du bon boulot pour résoudre ça en Libres 2. Nous avons pu comparer l'ancien aileron arrière et le nouveau, et nous avons vu la différence."

 

Tonio Liuzzi (Force India, 8e et 10e) : "Nous avons travaillé dans la bonne direction. Ce n'est pas mal dans l'ensemble, spécialement avec les durs. C'est dommage, je n'ai pu avoir un run propre en tendres en Libres 2, et il fallait deux tours pour qu'ils soient à leur optimum."

 

Nico Hülkenberg (Williams, 9e et 13e) : "Le circuit est tellement plus étroit qu'en Turquie. C'est génial et bien plus excitant de piloter près d'un mur plutôt qu'à 200 mètres. J'ai du mal à trouver l'équilibre de la voiture mais je suis confiant."

 

Rubens Barrichello (Williams, 10e et 12e) : "Les nouvelles pièces aéro rendent vraiment la voitures plus rapide."

Sam Michael (Williams, directeur technique) : "Nous n'avons pas détermine la cause de la panne hydraulique sur la voiture de Ruben. Ça lui a coûté presque la moitié des Libres 2 et nous allons nous en remettre à son expérience pour rattraper le temps perdu."

 

Sébastien Buemi (Toro Rosso, 16e et 17e) : "Je n'avais jamais piloté ici et ça m'a pris du temps pour apprendre la piste ; il fallait faire avec le manque de grip et être prudent vu la proximité des murs. De plus, c'est difficile de trouver les limiter étant donné que la voiture bouge beaucoup. Il faut bien connaître le circuit pour attaquer fort."

 

Jaime Alguersuari (Toro Rosso, 18e et 18e) : "Encore une nouvelle piste pour moi, difficile à apprendre en raison du faible grip et de la proximité des murs. J'ai besoin de faire plus de tours pour attaquer plus samedi. Je pense que les chronos viendront d'eux memes et que le plus important est de rester calme. Nous avons constaté une degradation sur les pneus, ce qui sera la facteur pendant la course. Je pense que nous pouvons bien faire en Q2. Question freins, il faut étudier les data les points de freinage et le taux de retard de la pédale."

Laurent Mekies (Toro Rosso, chef ingénieur) : "Nous avons constaté que tout le monde dans le monde a fait face à une grosse dégradation des pneus."

 

Heikki Kovalainen (Lotus, 19e et 19e) : "En Libres 1, j'ai plus eu l'impression de courir une spéciale du Rallye de Finlande. Le grip était faible, même en fin de Libres 2. Le team a fait du bon boulot pour améliorer l'équilibre de la voiture. Le package à bas appui marche très bien et, encore une fois, nous ne sommes pas très loin des Torro Rosso. Peut-être allons-nous pouvons les défier en qualification..."

Jarno Trulli (Lotus, 21e et 22e) : "La journée a été difficile mais je vais m'en sortir. J'ai fait quelques tours (problème électrique dans les deux sessions) mais pas assez pour me sentir à l'aise dans la voiture. Les deux types de pneus ont souffert d'une dégradation très importante."

 

Source : Eurosport

Publié dans Formule 1

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article