Cyclisme - Paris-Nice : Tout bon pour Bonnet

Publié le par coquelicot93

Tout bon pour Bonnet

Le Français William Bonnet a remporté au sprint la 2e étape de Paris-Nice mardi à Limoges, offrant une belle victoire à l'équipe Bbox Bouygues Télécom. Il a devancé in extremis le jeune Slovaque Peter Sagan (Liquigas), grande révélation de la semaine. Lars Boom (Rabobank) reste en jaune.


William Bonnet, en force, a signé la première victoire française dans cette édition 2010 de Paris-Nice, mardi à Limoges, où il s'est imposé devant le benjamin du peloton, le Slovaque Peter Sagan. "C'est ma première grande victoire, ça faisait longtemps que je l'attendais !", s'est exclamé le solide Picard (1,85 m, 78 kg), longtemps dévoué à la cause du Norvégien Thor Hushovd dans l'équipe Crédit Agricole avant de rejoindre la formation Bbox.

Dans le sprint vent de face jugé en faux-plat montant, l'Espagnol Luis Leon Sanchez a pris la troisième place. Par le jeu des bonifications, le vainqueur sortant de Paris-Nice s'est rapproché à 10 secondes du Néerlandais Lars Boom, toujours porteur du maillot jaune. Boom a été retardé par une chute qui a impliqué plusieurs coureurs, notamment le Français Jimmy Casper, l'Allemand Tony Martin et le Slovène Grega Bole, le plus sévèrement touché. Mais l'incident s'étant produit à 400 mètres de la ligne, les coureurs retardés ont été classés dans le même temps que l'avant-garde du peloton.


Sanchez prend quatre secondes



Au lendemain du coup de force de son équipe Caisse d'Epargne dans l'étape de Contres, Sanchez a grappillé de nouveau une poignée de secondes (quatre, soit la bonification allouée au troisième). Preuve de sa détermination à gagner une nouvelle fois Paris-Nice mais aussi de la hiérarchie à peine cachée au sein de sa formation puisque Valverde, très à l'aise habituellement dans une arrivée de ce type, s'est effacé à son profit. Mais attention tout de même à Valverde, qui est apparu encore très facile mardi dans la dernière bosse.


Leader de son équipe, Luis Leon Sanchez s'impose comme le principal rival de son compatriote Alberto Contador, lequel a effectué les 201 kilomètres à l'abri du peloton. S'il se ressent de l'hématome provoqué par sa chute de lundi, le double vainqueur du Tour de France espère surtout être tout à fait prêt pour l'arrivée à Mende jeudi. Dans cette étape poussée par un vent glacial, l'échappée du jour (Mangel, De Kort, Mouris, Finetto) a permis au seul Français du quatuor, Laurent Mangel, de revêtir le maillot à pois de meilleur grimpeur. Partis à l'avant dès le début de l'étape, les quatre hommes ont fini par être rejoints à une vingtaine de kilomètres de Limoges, avant une sortie du jeune espoir breton Cyril Gautier jusqu'aux 4 kilomètres.


Au sprint, Sagan est passé près d'écrire une belle histoire pour un coureur à peine âgé de 20 ans. Le jeune Slovaque, déjà remarqué dimanche dans le prologue de Montfort-l'Amaury (5e), n'a été dépassé que dans les vingt derniers mètres par Bonnet. A 27 ans, le vainqueur du jour ne se définit "pas comme un pur sprinteur" même s'il s'est classé deux fois deuxième d'étape dans la dernière Vuelta. Longtemps contrarié par un problème de genou, le Français songe aussi aux classiques, en particulier à Paris-Roubaix qu'il n'a couru qu'à deux reprises jusqu'à présent.

 
Source : Eurosport

Publié dans Cyclisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article